DOSSIER DE DIGITAL CAFE

Publié le par SALOMON BIMANSHA

 

 

07  FEVRIER undefined

1882 Premier championnat du monde de boxe avec des gants.

 

undefined

 

La boxe est un sport de combat qui se pratique à un contre un, en recourant à des frappes de percussion, à l'aide de gants. Par extension, de nombreuses disciplines ont pris le nom de boxe : les « boxes sportives » modernes comme les boxes pieds-poings (B.P.P) à réglementation occidentales et les « boxes martiales » comme la boxe chinoise (kung-fu), la boxe birmane (lethwei) et la boxe thaïlandaise (muaythaï) entre autres

 

Les différentes boxes

 

 

La boxe connaît de nombreuses variantes. Ces variantes sont définies par leurs « cibles » corporelles, les « armes » corporelles permises et les techniques de projection.

 

 

 Les cibles à atteindre  undefined

visage et buste dans la boxe anglaise,

visage, buste et jambes dans la savate boxe française, le kickboxing, la boxe birmane et la boxe thaï

toutes les parties du corps sauf la gorge, la colonne vertébrale et les parties génitales dans le combat libre ou freefight

 

 Les armes 

 

Les moyens mis en œuvre pour atteindre ces cibles sont définis par les « armes » corporelles utilisées :

poings dans la boxe anglaise,

poings et pieds dans la boxe française et le kick-boxing américain,

poings, pieds et genoux dans le kick-boxing japonais (avec saisies de tronc)

poings, pieds, genoux et coudes dans la boxe birmane et la boxe thaï (avec saisies de tronc et de jambe, et les projections).

Par opposition à la boxe anglaise, la boxe birmane, la boxe française et la boxe thaï appartiennent à la catégorie dite des « boxes pieds-poings ».

 

Les principales boxes  


undefined

 

Il existe plusieurs types de boxes :

 

la boxe anglaise ou boxe olympique (B.A)

la boxe birmane ou lethwei (B.B), superlatif des boxes pieds-poings où tous les coups sont permis. Elle est pratiquée d'une manière plus sportive en Occident et surnommée depuis 1959, bando kickboxing (B.K.B)

la boxe française (ou savate), aujourd'hui "savate-BF" (B.F)

la boxe chinoise (précisément le san da en compétition), improprement appelée kung fu (B.C)

le kick-boxing américain (K.B) et le kick-boxing japonais (oriental rules)

la boxe américaine (également full-contactkaraté (F.C), boxe pieds-poings ou tous les coups sont portés au-dessus de la ceinture

la boxe thaï ou muay thaï (B.T).

Le combat libre ou freefight (F.F) qui mélange grappling et boxes pieds-poings.

 

La Défense 

 

La défense en boxe se résume par un ensemble d’actions destiné à faire échec à l’offensive adverse, comprenant les blocages de coups, les déviations de coups, les esquives de coups, les déplacements (mobilité pour ne pas être atteint) et les actions de neutralisation.

Se garantir contre les attaques adverses se présente comme un des trois objectifs principaux à atteindre dans les sports de combat de percussion à côté d’attaquer les cible adverses et d’utiliser l’action adverse à son propre avantage.

 

On distingue plusieurs objectifs de défense :

 

La simple mise en sécurité de ses propres cibles, quelquefois réalisée en urgence (dite défense passive : couverture neutre, blocage neutre, encaissement, etc.),

La réalisation d’actions destinées à utiliser l’activité adverse à son avantage (appelée par certains auteurs, défense active : le blocage déviant ou la « parade chassée » dans le but de déséquilibrer, le blocage absorbant, l’esquive (pour ces trois formes liés à des ripostes simultanées), puis le coup d’arrêt suivi également d’une riposte.

La mise en difficulté de réalisations offensives adverses (par le raccourcissement ou l’augmentation de la distance, par le verrouillage des armes adverses, par une déstabilisation à base de techniques de menace, de leurre, de battement, etc.).

Ces deux derniers objectifs nécessitent des qualités d’initiative, d’anticipation et d’à-propos. Pour dépasser le cliché suivant, "la meilleure défense, c'est l'attaque", on dira :

 

Le but à atteindre serait d’être capable de défendre et de contre-attaquer (riposter) dans toutes les positions avec le moindre risque.

 

L’attitude, la garde et le style utilisé 

 

L’attitude désigne deux notions principales. D'abord la façon de se tenir en situation d'opposition ou posture de combat (Façon d’être positionné, de se tenir, de s’orienter, d’être protégé ou en garde, etc., dans le combat. On parle plus couramment de garde, de posture ou de position) et d'autre part, la façon de se comporter en terme de comportement d'opposition ou façon de combattre (style utilisé, stratégie globale employée...). Ex. : on recense différentes attitudes de combat en boxe : garde de trois-quarts de face, garde de profil, garde en crouch, garde basse, garde le poids sur jambe avant, garde le poids sur jambe arrière, garde en appuis très écartés, etc. Quelquefois, la position du corps peut indiquer les intentions d’un combattant à l’égard de son adversaire. Ex. : une attitude de profil peut être le signe d’un travail d’esquive et riposte du bras avant ainsi que de contre.

 

 

Les anglo-saxons parlent plutôt de « position » que de « garde » à proprement parler (ex : sidestep pour la garde latérale). La garde pour ces premiers c’est le haut du corps et également les appuis au sol, ainsi ils utilisent le terme upright stance pour une position verticale de buste et full crouch pour une attitude recroquevillée. Pour nous, on utilise l’expression d’attitude de combat lorsqu’on désigne l’ensemble. Donc lorsqu’on parle de « garde » dans l’école française, on pense souvent à la position des bras pour se protéger. Mais bien plus que cela, elle désigne une organisation corporelle permettant au combattant de se préparer à défendre et d’autre part à passer à l’offensive, cela dans une configuration qui lui offre un maximum de sécurité et d’efficacité. Différentes positions permettent de faire face à un adversaire avant et pendant l’engagement et sont appelées à défaut « garde ». Comme son nom l’indique, « être sur ses gardes » c’est se mettre en alerte permanente et adopter une position favorable pour réagir. De nombreuses attitudes de garde existent : garde trois-quarts de face, de profil, garde inversée, garde haute, garde basse, garde avancée, garde ramassée, etc. Certes, il très important « d’être gardé » (hermétique), mais il faut également adopter une attitude qui permettre d’agir et de réagir rapidement et avec efficacité (donc adopter une posture efficace). A contrario un boxeur n’adoptant pas d’attitude définie où ayant les bras « en bas » est dit « non gardé ». D’ailleurs, certains boxeurs font ce choix dans la perspective de construire leur jeu sur la base de contre-informations (tromperies).

 

 

Le style représente la manière de faire propre à chaque individu et que l’on peut rapporter à des classes de « comportement-type ». Elle est propre à son tempérament, à son potentiel physique ou à ce qui lui a été enseigné par son école de boxe. Ainsi, on distingue : l’attentiste du fonceur et le technicien du frappeur, mais ce classement ne s’arrête pas là. On recense différents caractères variables pour chaque « typologie ». Par exemple, chez les styles « techniques » : boxer en coups longs, en coups d’arrêt, en coup de contre. Chez les styles « physiques » : faire le forcing, boxer en crochets puissants « à la godille », chercher le corps-à-corps, chercher le coup dur. Lorsqu’un combattant utilise sa façon habituelle de boxer (son style habituel), on dit qu’il est sur son « registre » ; cela à la manière d’un musicien qui répète ses gammes préférées. D’autre part, ce qui est appréciable dans un combat c’est l’opposition de styles. On a pour exemple le combat des années 1980, Sugar Ray Leonard contre Marvin Hagler. Le premier, utilise une boxe à reculons, faite de larges pas de côté, d’esquives de buste et de contre-attaque précises. Alors que le second, use d’une boxe en progression avant, d’une attitude compacte le buste en avant et de coups très puissants.

 

 

 Sécurité 

Il est recommandé de mettre un casque pour tous ceux âgés de moins de 10 ans car le danger d'une fracture particulièrement douloureuse du nez est non négligeable.

 

 

 

undefined

 

 Boxe anglaise 

 

 Légendes du Noble art 

 

 Années 1910 

Jack Johnson, poids lourds (1er champion de couleur)

 

 Années 1920  

Jack Dempsey, poids lourds - USA

Gene Tuney, poids lourds

Georges Carpentier - France

 

 Années 1930 

Joe Louis - USA

Marcel Thil - France

Henry Armstrong

 

 Années 1940 

Joe Louis , poids lourds

Jersey Joe Walcott , poids lourds

Tony Zale

Rocky Graziano

Jake LaMotta, dit Raging Bull

Marcel Cerdan - France

 

 Années 1950 

Sugar Ray Robinson

Rocky Marciano , poids lourds

Floyd Patterson, poids lourds

Archie Moore

 

 Années 1960

Sonny Liston, poids lourds

Mohamed Ali, poids lourds

 

 Années 1970  [modifier]

Mohamed Ali, poids lourds

Joe Frazier, poids lourds

George Foreman, poids lourds

Ken Norton, poids lourds

Carlos Monzon

Roberto Durán, dit Mano de piedra

 

 Années 1980 

Michael Spinks, poids lourds

Larry Holmes, poids lourds

Mike Tyson, poids lourds

Marvin Hagler marvelous

Roberto Duran, dit Mano de piedra

Thomas Hearns

Sugar Ray Leonard

 

 Années 1990 

Mike Tyson, poids lourds

Evander Holyfield, poids lourds

Riddick Bowe, poids lourds

Terry Norris

Julio César Chávez, dit l'Empereur

Oscar de la Hoya, dit le golden boy

Felix Trinidad, dit Tito

 

 Années 2000 

Oscar de la Hoya, dit le golden boy

Roy Jones Jr.

Larry Holmes

Lennox Lewis

Floyd Mayweather, dit Pretty boy.

Ike Quarte, dit Bazooka

Manny Pacquiao, dit Pacman

Nicolay Valuev, dit the beast of the east

 

 

 

 

Publié dans DOSSIER DU JOUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article