PROVERBE DU JOUR

Publié le par SALOMON BIMANSHA


 Mon nzo ngbo na ngia,wa mo olo.
                            
                             Proverbe Ngbandi

Avant   de  tuer  un serpent ,il  faut  le  tromper .

Leçon :Pour  avoir  les  vivres chez  un  méchant il  faut  lui  sourire .

                                 Envoyé par  Phila Ketoro  de Kisangani



undefined

Les Ngbandi ou Sango, sont un groupe ethnique d'origine soudanaise se situant principalement en République centrafricaine (RCA) et en République démocratique du Congo (RDC) . La langue de ce peuple est le ngbandi ou le sango (dénomination centrafricaine du créole ngbandi véhiculaire). On les retrouve aussi mais en petit nombre dans le sud-est Camerounais, le Congo-Brazzaville et au sud-ouest du Soudan. Ils sont habituellement appelés Sango en Centrafrique lorsqu'il parle le sango et Yakoma lorsqu'il parle le ngbandi (forme dialectale) ou le yakoma dans ce pays.

 

Culture 

Le peuple ngbandi est à la base sédentaire en Haute Egypte et vit de la pêche et de la culture de granulés tels le millet, le sorgho, le maïs etc. Il côtoie d'autres peuples d'origine soudanaise qui vivent en Haute Egypte aussi tel les Alurs, les Lugbara (soudanais orientaux) et d'autres part les Zandé, les Nzakara, les Boa les Gbagiro, les Gbanziri, les Mono, les Gbaya, les Banza.

 

Le droit d'aînesse est chez les ngbandi, une notion fondamentale dans les rapports au sein de la famille. Aussi bien dans la famille restreinte, élargie que dans le clan ou le village. De multiples exemples corroborent cela encore aujourd’hui. Les anciens, ou les aînés prennent la parole d'abord. Les puînés cèdent la place aux aînés non pas par galanterie ou sympathie mais par obligation. Dans les villages, la fabrication des sièges tient compte du droit d’aînesse. Ainsi, les sièges destinés au chef du village et aux conseils des anciens ont une assise plus élevées. Il serait de mauvais goût d’oser fabriquer un siège avec une assise aussi haute que celle des anciens et oser s’asseoir dessus en conseil du village. Le père Basile Tanghe, missionnaire belge pendant l’époque coloniale, dans son ouvrage, Le Droit d'Ainesse chez les Indigenes du Haut-Ubbangi (Congo Belge),Vol.3, N.1 (Janvier 1930), soutient, que «  le droit d’aînesse domine toute la mentalité de nos indigènes aussi bien leur vie familiale, qui est en même temps leur vie sociale et religieuse, que le concept animiste dans tous ce qui les entoure. En traitant de ce droit nous touchons un point capital autour duquel gravitent toutes leurs compréhensions de la vie. »

  

 Quelques spécialités culinaires 

Mokpakpa : c’est un gateau à base de ngunza (feuilles de manioc), salé, que l’on sert en amuse-gueule ou en déssert.

 

Ngukasa : c’est un potage à base de bananes plantains, de cacahuète, et d’huile de palme. On peut y rajouter de la viande.

 

Gbarala ou Gbalala : C’est un potage à base de maïs et de ngunza (feuilles de manioc). Sa particularité est qu’il ne doit pas avoir une once de sel.

 

Dede ngunza

 

 Danses et Folklores 

Les Ngbandi ont une culture riche et variée. Aujourd'hui ils gardent encore des chants et des danses folkloriques tels le Gbaduma et le Lenge.

 

Le Gbaduma, danse très “saccadée” et physique, se danse en agitant son dos de manière convulsive et le bassin aussi. Cette danse fait vite penser à des danses folkloriques de plusieurs peuples du Cameroun.

 

Le Lenge est beaucoup moins physique. Sa particularité est qu'il se danse avec des hochements de tête et des épaules en avançant avec des petits pas en avant et en arrière et puis à gauche et à droite. Les danseuses portes des bracelets fabriqués artisanalement en métal et leur tintement ainsi que le sont des kpworo et des ngbongbo associé au tam-tam offre une ambiance festive lors des représentations.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article