DOSSIER DU JOUR

Publié le par SALOMON BIMANSHA



Hommage 05  SEPTEMBRE  1997 DECES  DE 




Mère Teresa,

 

 (née Agnès Gonxha Bojaxhiu -: [agnɛs gonˈʤa bɔˈjaʤju] - le 26 août 1910 à Skopje, Empire ottoman aujourd'hui en Ancienne République Yougoslave de Macédoine, morte le 5 septembre 1997 à Calcutta, Inde) est une religieuse catholique albano-indienne. Elle est surtout connue pour son action personnelle caritative et la fondation d'une congrégation de religieuses, les Missionnaires de la Charité qui l'accompagnèrent et suivirent son exemple. Cela commença avec l'ouverture du 'mouroir' de Kalighat (Nirmal Hriday) de Calcutta.

 

Durant plus de 40 ans, elle consacra sa vie aux pauvres, aux malades, aux laissés pour compte et aux mourants d'abord en Inde tout en guidant le développement des Missionnaires de la Charité puis à travers son œuvre dans d'autres pays. Perçue comme un modèle de bonté et d'altruisme, son nom a été régulièrement évoqué dans la presse indienne et occidentale pendant la deuxième moitié du XXe siècle.

 

L'œuvre des Missionnaires de la Charité continue à s'étendre rapidement et au moment de la mort de Mère Teresa représentait déjà 610 missions dans 123 pays incluant des hospices et des maisons d'accueil pour les hommes et les femmes atteints de la lèpre, du sida, de la tuberculose, des soupes populaires, des centres d'aide familiales, des orphelinats et des écoles.

 

Biographie

 

 Premières années

 

Elle naît à Skopje, alors ville de l'Empire ottoman, le 26 août 1910, troisième et dernier enfant de la famille Gongea-Boiaxhiu, d'ascendance de Mirdita (région albanaise) comme le démontrent les prénoms de ses parents, Kol (le père, d'origine macédo-roumaine) et Drane (la mère). La famille s'était réfugiée en Macédoine (Skopje) à cause de questions de vengeance, changeant le nom en Boiaxhi pour perdre les traces. Elle perd son père en 1919 à l'âge de 9 ans. Désirant être envoyée en Inde, elle quitte la Macédoine et, en septembre 1928, elle rejoint le couvent de l'ordre missionnaire des sœurs de Notre-Dame-de-Lorette en Irlande, où elle est admise comme postulante. Elle y reçoit le nom de sœur Mary-Teresa, se plaçant sous le patronage de Thérèse de Lisieux. Elle arrive en Inde en janvier 1929.

 

Après deux années de noviciat à Darjeeling (ville), maison de formation des novices de sa communauté, Agnès prononce des vœux temporaires, c'est à partir de cette date qu'elle se fait appeler Sœur Teresa. De 1931 à 1937, elle enseigne la géographie à l'école Sainte-Marie des sœurs de Notre-Dame-de-Lorette à Calcutta. Elle prononce ses vœux définitifs en Inde le 24 mai 1937 et devient directrice des études à l'école Sainte-Marie en 1944.

 

 

 Missionnaire de la Charité

 

Le 10 septembre 1946 est le jour où tout changea dans sa vie : au cours d'un voyage en train de Calcutta à Darjeeling qu'elle rejoignait pour la retraite annuelle de sa communauté, elle reçoit ce qu'elle appelle «l'appel dans l'appel»: le désir de servir au nom du Christ les plus pauvres. Elle eut toujours le soutien de l'archevêque de Calcutta, Mgr Ferdinand Perier, qui cependant, étant donné le caractère extraordinaire de cette 'exclaustration' en référa aux autorités romaines. Le Pape Pie XII lui accorda la permission (avril 1948) requise et Mère Teresa put quitter l'ordre des sœurs de Notre-Dame-de-Lorette pour se consacrer aux pauvres des bidonvilles. Cette même année, Sœur Teresa reçoit la citoyenneté indienne. Le 17 août 1948 elle quitte définitivement son couvent de Calcutta et s'installe dans un bidonville (à Taltola) avec quelques autres religieuses qui l'ont suivie. Rapidement des jeunes filles éprises de service évangélique se joignent à elles. Mère Teresa décide alors d'organiser le groupe en lui donnant une ligne de vie religieuse: c'est la fondation de la congrégation des Missionnaires de la Charité, établie officiellement dans le diocèse de Calcutta le 7 octobre 1950. Elle porte désormais le nom de Mère Teresa.

 

Développement de l'œuvre

 

Dans le courant des années 1960, l'œuvre de Mère Teresa s'étend à presque tous les diocèses de l'Inde.

 

En 1963 elle fonde, avec le jésuite Travers-Ball la branche masculine de la congrégation: les Frères Missionnaires de la charité.

 

En 1965, des Religieuses partent au Vénézuela.

 

En mars 1967, l'œuvre de Mère Teresa s'est accrue d'une branche masculine: la "Congrégation des Frères Missionnaires". Et en 1969, est née la Fraternité des collaborateurs laïcs des Missionnaires de la Charité.

 

En mars 1968, le pape Paul VI demande à Mère Teresa d'ouvrir une maison à Rome. Dans le même temps, les Soeurs œuvrent au Bangladesh, pays alors dévasté par une horrible guerre civile et de nombreuses femmes violées par les soldats.

 

Au Yémen, pays musulman où aucune influence chrétienne n'a pénétré depuis huit cents ans, Mère Teresa décide d'envoyer des Sœurs

 

Le 17 octobre 1979, Mère Teresa reçoit le prix Nobel de la paix qu'elle accepte «au nom des pauvres». Dans son discours, elle présente l'IVG comme le «principal danger menaçant la paix mondiale».

 

Dans les années 1980, l'Ordre fonde en moyenne quinze nouvelles maisons par an. À partir de 1986, il s'installe dans des pays communistes, jusque-là interdits à tout missionnaire: l'Éthiopie, le Sud-Yémen, l'URSS, l'Albanie, la Chine.

 

En 1982, dans une des hauteurs du siège de Beirouth, mère Teresa sauve 37 enfants pris au piège à l'hôpital dans une ligne de front entre l'armée israélienne et la guérilla palestinienne. Elle provoque un cessez-le-feu et accompagnée par la Croix Rouge, elle traverse la zone de tir jusqu'à l'hôpital dévasté pour évacuer les jeunes patients.

 

En 1984, elle fonde les « pères missionnaires de la Charité » avec le père Joseph Langford. Le 11 décembre de la même année, elle vient assister les victimes de la catastrophe de Bhopal, quelques jours après le désastre.

 

En 1985, elle ouvre à New York sa première maison pour l'accueil des malades du sida.

 

Elle est hospitalisée à deux reprises en 1988 et 1989 pour troubles cardiaques et on lui pose un stimulateur cardiaque. Le pape Jean-Paul II lui demande de prendre soin de sa santé.

 

En 1990, elle est réélue comme supérieure générale des Missionnaires de la Charité pour un troisième mandat, bien qu'elle ait exprimé le désir de se retirer. Comme cela était contraire aux statuts de la congrégation, une permission spéciale du Saint-Siège fut nécessaire.

 

Elle est hospitalisée en avril 1996 suite à une fracture de la clavicule. Puis de nouveau en août à cause de crises de malaria. Elle reprend toujours son travail dans les bidonvilles aussitôt sortie.

 

Au chapitre général de la congrégation qui se réunit en mars 1997, la Sœur Mary Nìrmala Joshi (64 ans) est élue pour lui succéder comme supérieure générale.

 

Le 5 septembre 1997, Mère Teresa s'éteint à 87 ans. À ce moment, près de 4 000 sœurs des Missionnaires de la Charité sont réparties en 610 communautés dans 123 pays.

 

Honneurs

 

1962 La Médaille Padma Shri haute distinction civile indienne, l'Ordre du Lotus et le Prix Ramon Magsaysay à Manille aux Philippines pour l'entente internationale qui consacrent la reconnaissance et la notoriété dont elle bénéficie en Asie, alors qu'elle demeure encore relativement encore inconnue en Europe.

1970 Plusieurs prix internationaux: le Good Samaritan Award aux États-Unis, le Prix Jean XXIII de la Paix en Italie et le Templeton Award en Angleterre.

1979 Le Prix Nobel de la paix

1980 La Bhârat Ratna. Décoration civile la plus prestigieuse de l'Inde, récompensant une réussite exemplaire.

1981 La Légion d'honneur haïtienne

1997 Nommée citoyen d'honneur des États-Unis d'Amérique
  

19 octobre 2003 béatification par le pape Jean-Paul II . Elle devient ainsi la 1315e personne à être déclarée bienheureuse par Jean-Paul II en 25 ans de pontificat.

 

 

 

 

Publié dans DOSSIER DU JOUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B

Je n´ai pas de commentaire pour le moment, mais je voulu juste vous passer la date de l´aniversaire de mon frere yanick Bengo Mbozo qui est née un certain 20 Mai de 1986. Voici son nuemro de
Tel:0898266926.
Et voici aussi mon Proverbe en Portuguais car je vis en Angola: O cão que tem osso na boca não ladra mais. Qui signifie le chien qui tien l´os dans sa bouche il n´aboie plus.


Répondre
T

Salut,

Je ne trouve aucun lien prévu pour le contact.

Merci

Tops


Répondre